Temps, Histoire, Evolution

La proposition de la thématique résulte d’un constat global : au-delà des différences institutionnelles, les différents partenaires du projet évoluent dans les mêmes champs disciplinaires que recouvre la Préhistoire. Qu’il s’agisse d’institution académique (CEPAM, Institut de Paléontologie Humaine, Laboratoire de Préhistoire Nice-Côte d’Azur), de musées (Musée de Préhistoire de Tourrette-Levens et Musée d’Archéologie de Nice – site de Terra Amata et de Cimiez) ou d’association (Préhistoassociation), leur travail repose avant tout sur des réalités scientifiques, partant de l’exploration du site archéologique (fouille) jusqu’à l’interprétation des modes de vies passes. Les différents métiers représentés s’appuient sur une gamme d’archives très diversifiée, s’étendant des biomarqueurs moléculaires aux textes anciens, en passant par les archives géologiques et culturelles, et utilisant des outils de traitement des données innovants (3D, microscopie, datation...).

L’archéologie dans le pays niçois et ses environs répond à une forte demande sociétale : la réappropriation du patrimoine historique et culturel et l’ancrage territorial. Cette réponse est apportée par l’interdisciplinarité́ des partenaires. L’objectif majeur est de proposer au public de se réapproprier l’histoire du territoire sur lequel il vit à travers les découvertes préhistoriques et les résultats des recherches menées sur ces dernières années. L’accent est mis sur le jeune public, en ciblant particulièrement les populations en difficulté́. L’implication dans l’enseignement pré-universitaire est primordiale pour faire connaitre les métiers très diversifies de la recherche archéologique et ainsi motiver les jeunes. Le projet s’inscrit dans la continuité́, du primaire à l’université́, afin de pallier la désertion des cursus généraux. Les activités proposées développeront la curiosité́ et l’adaptabilité́ du jeune public et lui apprendront de manière ludique les bases de la démarche scientifique.